La Kényane Peres Jepchirchir, championne olympique en titre, a remporté dimanche le marathon de Londres en 2 heures, 16 minutes et 16 secondes, un nouveau record du monde pour une course exclusivement féminine.

L’athlète de 30 ans a effacé des tablettes l’ancienne marque de sa compatriote Mary Keitany établie en 2017 (2h17:01), déjà dans la capitale britannique.

Elle a placé une accélération dans les dernières mètres fatale à l’Ethiopienne Tigst Assefa, devenue en 2023 la marathonienne la plus rapide du monde à Berlin, où des lièvres masculins avaient pris part à la course.

Pour sa première participation, Assefa termine le marathon de Londres à la deuxième place à sept secondes de la lauréate (2h16:23), juste devant la Kényane Joyciline Jepkosgei (2h16:24).

Le plateau était particulièrement relevé cette année à Londres, avec trois des quatre marathoniennes les plus rapides du monde au départ. Seule manquait à l’appel Sifan Hassan, sacrée en 2023 en Angleterre.

La Kényane Brigid Kosgei, ancienne détentrice du record du monde, a terminé cinquième avec trois minutes de retard sur le podium.